© 2019 Questions Théoriques la revue

  • Facebook - Black Circle

10 septembre 2016

Jérôme Guitton

       Ce matin, on me convia au déménagement d’un pote et je m’y rendis. Tout conducteur connut la difficulté à garer un véhicule en région parisienne, dans n’importe quelle métropole, tout bien pesé. Pour ma part j’y parvins. De son côté mon ami réserva, auprès de la mairie, deux places de stationnement pour le camion ; des panneaux verticaux et mobiles se destinèrent à recevoir quelques messages, d’ordre indicatif parfois, d’ordre impératif sinon.

        Il y eut, à notre époque, un partage entre ce qui fut général, commun à tous ; et ce qui, a contrario, appartint en propre à une ou plusieurs personnes. J’en relevai une occurrence particulière. Procédé répandu, servant à décentrer une méditation par une anecdote. Pour en tirer quelque conclusion supplémentaire. N’importe qui fit de même. Un incident advint. 

       Afin de comprendre ce que cet incident apporta à la situation, il fallut donner un peu de contexte. On considérait qu’une contribution à un problème était théorique à partir du moment où elle ouvrait à la discussion sur la vérité de ce qu’elle affirmait. Une telle définition est acceptable, et portée par le comité de rédaction de Questions Théoriques. Il fait un appel à contribution pour le deuxième numéro de la revue.

 

       L’appel vient aussi avec une clarification de la problématique. Il se donne un thème, privé/public en poésie ; et propose un questionnaire que je cite partiellement ici : " Comment votre écriture considère-t-elle les acteurs impliqués dans son processus ? Quelle place leur donne-t-elle ? Comment, par son allure même, cherche-t-elle à agir sur leur condition d’existence, sur leur devenir ? Inversement, pouvez-vous donner un exemple concret concernant la façon dont votre privé est affecté par les interactions nécessaires à votre écriture ? "

       Ces questions, et quelques autres, prennent pour condition l’expérience particulière de chaque contributeur : " dans votre pratique, " chez vous " , " la perception que vous avez ". Or une caractéristique de votre expérience particulière est qu’elle n’est pas théorique : on ne discute pas de la vérité de son affirmation, car elle est un fait de l’individu. 

       Puis il sembla pourtant clair que le point de cette revue fut de vous inviter à porter le débat sur ce qui put valoir pour plus d’un individu. L’invitation, commune au demeurant lorsque l’on interrogeait un écrivain, à le faire depuis votre pratique parut donc une injonction contradictoire. Avec un changement par rapport aux circonstances habituelles pour ce type d’injonction. Car elle résonna curieusement avec le thème, sembla un cas précis de la façon dont la question du rapport privé/public se posa à vous. Chacun eut sans doute à concilier une recherche artistique dite personnelle et une visée plus large que sa propre personne, visée se manifestant effectivement, pour l’écrivain, dans l’acte de publier.

   

       Il m’apparut cependant possible de visiter cette contradiction. J’y entrai par ce samedi 10 septembre 2016. Une certaine fluidité se manifesta constamment dans la ville. Cela fut bien utile pour limiter les imprévus de la journée. Les collectivités locales régulèrent le trafic. En effet.