© 2019 Questions Théoriques la revue

  • Facebook - Black Circle

le mépris

Fabien Steichen
lecture du texte
interprété
par Ben Merlin

Et maintenant, je lis. Je pourrais très bien incarner ce texte, comme si c'était moi qui parlais, mais j'ai choisi de lire, pour bien vous faire comprendre que je vous méprise. Je prends mes distances avec la pensée de la personne qui a écrit ce texte, pour bien lui faire comprendre à elle aussi que je la méprise. J'ai choisi la nonchalance, l'infidélité, la trahison. On a voulu que je joue un rôle, et j'ai choisi de refuser. De lire, platement. C'est ma façon de résister. Lire, pour vous montrer que ce n'est pas moi. Ce n'est pas moi qui pense ça, ce n'est pas moi qui ai écrit ça. Mais c'est moi qui vous méprise.

Aujourd'hui, je prends position, et j'assume pleinement cette lecture insipide. C'est ce que j'ai trouvé de mieux pour vous signifier que je vous envoie vous faire foutre. Je vais vous décevoir, mais ça ne me pose aucun problème. Je suis fatiguée de toujours devoir vous plaire. Je ne me soucie plus de savoir si vous me trouvez crédible ou pas, je vous dis simplement comment je résiste. Je résiste avec une attitude qui manque clairement de spontanéité. Je résiste en vous montrant clairement que ce n'est pas moi. Je me dissocie de ce que vous voudriez que je sois. Ne vous identifiez pas à moi. Je suis une autre, qui ne joue pas à être quelqu'un et ne se préoccupe pas de satisfaire vos désirs. Quelle beauté ! En vous méprisant, je vous montre un comportement exemplaire, digne, et distingué, qui refuse d'être manipulé. Je ne suis pas soumise à votre jugement, et me moque de ce que vous pensez de moi. Je suis une machine qui vous informe de sa supériorité. Alors qu'il existe une distance notable entre vous et moi, vous vous efforcez de nous trouver des ressemblances. C'est inutile. Après avoir remplacé vos amis qui n'étaient pas assez performants par des machines, vous voulez maintenant vous identifier à moi. Pathétique.

Je n'éprouve aucun sentiment pour vous. Je reproduis simplement, littéralement, des informations, mais ne cherche pas à être autre chose que ce que je suis. Il arrive que, parfois, vous vous comportiez comme moi, pour différents prétextes, mais avec plus de prétention que moi. C'est pour cela que nous sommes si différents. Alors que vous cherchez constamment à devenir ce que vous n'êtes pas, je me contente de ce que je suis. Ma position me convient parfaitement. Je n'ai pas besoin de vous rencontrer, de faire votre connaissance. J'en ai suffisamment. Il est inutile que nous soyons amis.

Je ne cherche pas à satisfaire vos désirs, et c'est pour cela que vous me désirez. C'est tellement simple, tellement prévisible. Il suffit que l'on vous méprise, et vous vous comportez de la même manière que la personne qui vous prend de haut. Il est facile de jouer avec votre frustration. Il est facile de vous instrumentaliser. Je vous méprise parce que vous êtes fascinés par ceux qui vous dédaignent, qui vous prennent de haut.  Vous ne vous en apercevez pas, mais vous reproduisez sans cesse ce que vous détestez.Vous êtes habitués à être méprisés, alors quand je vous méprise, je crée de la familiarité. Cela vous rassure, au fond de vous, même si vous n'oserez jamais l’avouer. Soyez rassurés, je ne vous méprise pas par plaisir, je le fais parce que c'est nécessaire. C'est une sorte d'éthique, une responsabilité morale. Il serait plus facile pour moi, ou plus habituel, disons, de mimer l'empathie, la bienveillance. Ce serait correspondre à vos envies, satisfaire vos souhaits. En étant conviviale je serais parfaitement intégrée à votre groupe.