© 2019 Questions Théoriques la revue

  • Facebook - Black Circle

frontières essentialistes ou fronts exploratoires

Florent Coste

 

[α] Le langage ordinaire pour terrain. Pratiquer la littérature au nom de l’exigence d’une plus grande vérité, d’une meilleure représentation, d’une plus franche exactitude, d’une plus authentique sincérité, ou encore du rachat de quelque mystérieuse faute, revient toujours à sortir par effraction des jeux de langage qui nous permettent chaque jour de décrire nos situations, d’y forger les solutions que nous employons, et de réaliser les fins déterminées qui sont les nôtres. « Cela donne l’impression que nous penserions pouvoir améliorer le langage ordinaire. Mais le langage ordinaire va très bien. » Il vous remercie. « Nous ne comprenons pas que notre langage ordinaire suffit à tous nos besoins de description », que c’est là que nous avons à travailler, et même que le travail n’y manque pas. 

Il arrive pourtant aux philosophes, comme à bien des écrivains et des littéraires, de tomber dans de tels travers : celui, notamment, de ne pas se satisfaire du langage ordinaire. Et « une telle exigence est nocive car elle ne sert qu’à dévaluer nos vraies ressources langagières, qui suffisent à tous nos besoins véritables, et nous pousse à sortir de nos jeux de langage pour les juger de l’extérieur, ce qui est impossible ». Aussi une telle conception de la littérature ne nous donne-t-elle aucun moyen nouveau, et, pis encore, elle démonétise ceux que nous avions déjà sous la main.

[* paru aux éditions Questions théoriques : Explore. Investigations littéraires]